BIOGRAPHIE

Bie Flameng

Bie Flameng (°Turnhout 1953) a réussi à l’agrégation d’Histoire de l’Art et d’Arts Plastiques en 1973. Depuis elle a enseigné à plusieurs organisations culturelles e.a. Dommelhof, Palethé et le Davidsfonds.

En plus, elle s’est développée en tant que dessinatrice et graphiste. Le dessin sera toujours la base de ses arts graphiques. Elle a résolument choisi pour les arts graphiques digitaux, vu que ce médium lui fournit les nouvelles possibilités d’expression et les solutions qu’il lui faut dans son approche de la réalité. Elle s’efforce de combiner la technique traditionnelle de dessin avec les possibilités illimitées de l’ordinateur.

Depuis 1998 elle expose régulièrement en Belgique et à l’étranger.

Pour un aperçu de ses expositions, solo et en groupe, voir: www.bieflameng.be

Contact: bieflameng@gmail.com

 


 BIE FLAMENG PARLE DE SON ART

“Je ne peux vivre sans dessiner. Une période sans pouvoir dessiner, me fait physiquement l’effet d’un vide. Dessiner c’est ma seconde nature, une impulsion innée que je maudis pourtant de temps en temps: la vie me serait souvent plus facile sans ce désir.

Bien que la base de mon oeuvre soit toujours le dessin de lignes, j’aime régulièrement changer de style. Pour l’instant je me trouve dans une phase figurative. Alors le défi du pouvoir technique pur me touche et je retourne à la base, notamment ma formation: aussi bien mon instruction scolaire que toutes les années d’étude personnelle. La transformation de “figuratif” en p.ex. “automatique” se fait spontanément. Alors, d’une façon incontrôlée, les lignes commencent à mener leur propre vie et, après, je regarde ce que je peux en faire. Pourquoi je change de style, je ne le sais pas. Je constate seulement que je travaille par intermittences. Certes, les gens que je rencontre et les choses qui me touchent, déterminent le processus créatif.

Mon inspiration vient de ce que je vois ou de ce que je vis. De là, je crée ma propre réalité. Mes thèmes sont très variés, et il ne me manque jamais d’inspiration. Les dernières années je travaille en “séries”: ma ville natale redécouverte, des portraits, des streetdancers, des impressions de Rome, la symbolique de Van Eyck. Travailler thématiquement en séries me plaît énormément. Je choisis soigneusement mes thèmes et veux les vivre et approfondir au maximum.

Dès que mes dessins me plaisent, je les transforme en graphique digitale. Les triages varient de 5 à 20 exemplaires par dessin.

Les dessinateurs que j’admire pour leur talent, leurs personnalité et originalité, leurs subtilité et compétence, sont de périodes et de genres tout à fait différents: e.a. Paul Klee, Lyonel Feiniger, Caspar David Friedrich, Peter Paul Rubens, pour n’en citer que quelques-uns.”

Advertenties